Les différents modes de support d’une cabane perchée

Bruno Caillard

La fixation sur le tronc d’arbre est la partie la plus délicate car elle assure le support de la charge de toute la structure ainsi que les surcharges. Quels sont les modes de fixation possibles d’une cabane perchée ?

Il existe plusieurs manières de fixer une cabane sur un tronc :

  • par serrage. Comme un système d’étau fait par deux assemblages superposés de chevrons et deux tiges filetées inoxydables. Seul inconvénient est la coupure de la circulation de la sève du tronc dans les périphéries. Il faut aussi vérifier périodiquement le serrage des boulons pour éviter tout désagrément.


  • par fixation d’un poteau au tronc. Ce système consiste à fixer une solive sur une bonne hauteur du tronc avec des tiges filetées pour ensuite pouvoir fixer les jambes de force de la cabane à ces poteaux. Pas trop d’inconvénient à part la coupure de la sève par les tiges filetées
  • (1) Tige filetée
  • (2) Jambe de force
  • (3) Solive


  • par suspension. La Cabane est suspendue avec des cordes, des chaînes métalliques protégés par des tubes plastiques, ou des caoutchoucs. Le but est d’accrocher la cabane tout en la laissant respirer.


  • par support métallique. On utilise dans ce cas des supports métalliques pour fixer les jambes de force sur le tronc. Malheureusement, il est généralement nécessaire de faire des commandes spéciales pour se procurer ces accessoires métalliques.


Vissage de part en part
  • (1) Tige filetée traversant le tronc
  • (2) Jambe de force
  • (3) Tronc d’arbre

par vissage de part en part. Une ou deux grandes tiges filetées traversent le tronc pour pouvoir supporter les jambes de force du platelage. Ce système permet au tronc de supporter la charge de l’ouvrage sur toute sa section. Le grand inconvénient, et qui est évident, c’est que c’est le tronc qui supporte le tout, sans parler de la coupure de circulation de la sève de ce tronc. C’est pourquoi cette technique n’est recommandée que pour un arbre mort.


Il n’est pas possible de donner une formule pour la fixation d’une cabane perchée dans le bois, car elle dépend toujours du diamètre du tronc, de sa morphologie, de la qualité des branches, de la hauteur ; bref, il dépend de l’arbre.