Quelques règles essentielles à connaitre pour la construction d’une cabane dans un arbre

Bruno Caillard

La cabane perchée n’est plus aujourd’hui un rêve d’enfant, puisque de nombreux professionnels du tourisme en conçoivent pour accueillir des visiteurs en quête de cadre hors du commun. Que ce soit pour vos enfants ou pour des touristes, la construction d’une cabane dans les arbres doit répondre à certaines règles essentielles, de sécurité et de stabilité notamment.

Les mêmes obligations administratives que les constructions au sol

Avant de commencer la construction de la cabane dans les arbres, assurez-vous que vous êtes conforme aux réglementations en vigueur. Les mêmes règles que les constructions au sol s’appliquent aux cabanes surélevées, à savoir une déclaration préalable pour un gain de superficie entre 5 et 20 m² et un permis de construire au-delà de cette superficie.

Bien choisir l’arbre

Les jeunes arbres, bien qu’imposants, sont à exclure dans la construction d’une cabane, puisque leur croissance risque rapidement de fragiliser la structure. Il faut également éviter les arbres cassants, dont principalement le noyer, le cerisier, le peuplier et l’aulne. Pour accueillir les cabanes, les grands arbres comme l’hêtre, le chêne, l’érable ainsi que les conifères sont les mieux adaptés. Les arbres centenaires non fragilisés par d’éventuels cataclysmes sont vivement conseillés.

Assurer la solidité et la stabilité des fixations

Sur un seul arbre ou entre deux arbres, la cabane doit être solidement arrimée sur des fixations solides. Privilégiez le tronc et les branches principales pour leur solidité. Fixez solidement des madriers qui serviront de support, en veillant à ne pas abuser des vis et des clous afin de ne pas traumatiser l’arbre. N’oubliez pas d’utiliser des rondelles. Un plan est bien souvent nécessaire pour déterminer l’orientation exacte des fixations. Lorsque les fixations seront solidement fixées, vous pourrez disposer l’ossature basse de la cabane avant de continuer sur les montants. Avant cela, vous aurez bien évidemment pris le temps d’élaguer les petites branches gênantes.


Cabane avec escalier tournant


Plancher, mur et toit

Lorsque l’ossature sera fixée, il faut commencer par le plancher. N’hésitez pas à choisir une essence résistante et durable afin de faire face aux charges et aux intempéries. Pour la fixation des murs, les vis sont préférables aux clous, car il faut prendre en considération les différentes contraintes, comme le poids d’un corps qui y est appuyé. Pour le toit, on a le choix entre une structure plate, très facile à mettre en place, et une structure en pente à un ou deux pans, qui nécessite la pose d’une charpente. Si vous souhaitez construire plus rapidement votre cabane dans les arbres, n’hésitez surtout pas à recourir à notre équipe de professionnels qui analysera toutes les contraintes liées à votre projet.